sidearea-title-img
Title Image

Intervenants formations pro

INTERVENANTS DU PLAN DÉPARTEMENTAL DE FORMATION DANSE DES CÔTES D’ARMOR 2019-2020 (FORMATION PROFESSIONNELLE)

EMILIE DHUMERELLE

De formation purement classique à la base, elle obtient en 1995 la médaille d’Or du conservatoire de Saint-Brieuc  en danse classique. Elle se forme ensuite à la danse contemporaine et jazz et s’intéresse particulièrement à l’improvisation et à la création chorégraphique. En 2000 elle obtiendra dans la catégorie solo le premier prix et le prix du public au Tremplin international des jeunes chorégraphes à Thionville.  Puis en 2001 le Premier prix au concours international de chorégraphie de Gland en Suisse à nouveau dans la catégorie solo. Titulaire du DE en danse classique, elle a enseigné pendant 8 ans au conservatoire de Château-Gontier où elle était également coordinatrice du département danse. Tout en poursuivant ses expériences de pédagogue,  elle décide de revenir à la création chorégraphique en créant en Côtes d’Armor la Cie Légendanse qui est aujourd’hui soutenue par la communauté de Communes de Leff Armor, la ville de Plouha et le département des Côtes d’Armor, elle a à son actif 7 créations.

JEAN ALAVI

D’origine persane, il étudie la danse au conservatoire de La Rochelle, premier conservatoire en France à ouvrir une classe de danse contemporaine, avec Karin Waehner en contemporain et Colette Milner en classique.
En 1986, il travaille avec le Centre National Chorégraphique de Toulouse dirigé par Joseph Russillo et Daniel Agésilas et devient principal interprète pour une vingtaine de créations. En 1990, il danse un duo avec Eric Vu An. En 1995, c’est à Paris qu’il continue sa carrière d’interprète, notamment auprès de Gigi Caciuleanu, Blanca Li, Laura Scozzi, Gilles Baron, Dominique Rebaud, Luc Petton, Edouard Lock, Pina Bausch, pour des créations, des performances ou des opéras.
En 1998, il crée sa première pièce Sixâmes, il obtient le premier prix du concours Jeunes Chorégraphes en Normandie. Pièce reprise par le Junior Ballet du Conservatoire de Paris Passionné par l’univers cinématographique et sonore, il allie la danse à l’onirique, l’étrange, l’obsession. L’état de corps engagé, l’écriture chorégraphique et l’imaginaire constituent les points indissociables de son travail où prédomine une fine frontière entre rêve et réalité. Il crée Killing Time, Les Habités et ICI à Paris. Thorin, Rock ovni et VOG à La Rochelle et pour le Conservatoire de Paris. Balburdeos et Marquises aux pieds nus pour le JBA à Bordeaux. RoadMovie pour le junior ballet du Conservatoire.
Professeur diplômé d’Etat, il intervient sous forme de stages, cours, ateliers, chorégraphies dans plusieurs écoles, conservatoires nationaux, The Place à Londres, L’école de Danse de l’Opéra, le CNDC d’Angers, en Suisse, en Égypte et en Italie. Depuis 2007, il est professeur de danse contemporaine au Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP).

SOPHIE ARDILLON

Après des études à l’Ecole des Beaux Arts de Rouen, Nicolas se forme à la danse contemporaine auprès de Peter Goss et Philippe Tréhet, puis au sein de la Compagnie COLINE, où il travaillera avec, entre autres, Odile Duboc et Hervé Robbe. Il étudie ensuite à New York avec Barbara Mahler, Janet Panetta, et au studio Cunningham. Il entame ensuite un travail chorégraphique et crée plusieurs pièces courtes depuis 2008 (Astoria, Tout est calme, Sans le bruit des machines…). Il crée en 2011 Terrain Vague pour les étudiants du Conservatoire Royal d’Anvers. Depuis 2012, il est interprète pour Alban Richard (Boire les longs oublis, Et mon cœur a vu à foison), et la BaZooKa (Madison, Stravinsky Motel) Nicolas est également porteur du projet musical NINO, pour lequel il écrit et compose les chansons.

ODILE COUGOULE

Odile COUGOULE – Chorégraphe – enseignante
Formée à la danse contemporaine par Karin Waehner à la Schola Cantorum dès 1970, Odile Cougoule complète sa formation par de nombreux stages avec Douglas Dunn, Lucinda Child à partir de 1976 et un séjour à l’école de Merce Cunningham à New York (1978 -1979).
Parallèlement, elle suit une formation de journaliste à l’ESJ – école supérieure de journalisme.
Elle fonde sa compagnie de danse en 1981, subventionnée par le Ministère de la Culture sur différents projets.
Depuis 25 ans, ses activités artistiques s’équilibrent entre pédagogie, chorégraphie et écriture; elle collabore notamment aux revues Danser et Arts de la piste et participe à la rédaction de nombreux ouvrages sur la danse, le cirque et la musique.
En 2007, elle est nommée Inspectrice de la création et des enseignements artistiques au Ministère de la Culture et de la Communication, poste qu’elle occupe jusqu’en 2015.
Depuis elle a repris ses activités d’enseignement et de création auprès d’amateurs et de professionnels.

FRANCK GUIBLIN

Franck Guiblin est un infatigable curieux, ce qui le pousse sans cesse à explorer, à se redéfinir à chaque fois..De sa passion originelle pour les arts martiaux, Franck hérite le goût de la persévérance et du plaisir du mouvement.
De la danse hip hop à la danse contemporaine, il se forme en 2005, à l’écriture chorégraphique et au processus de création auprès de Sébastien Le Francois (Cie Traffic de Style) et de Mic Guillaume.
Trois ans plus tard, il présente son premier spectacle, “Laisse Tomber, c’est pas d’ la danse”.
En 2010, il intègre La compagnie “Tango-Sumo” en tant que danseur -interprète, et explore la danse dans l’espace public.
Désormais auteur et interprète, il multiplie les collaborations transdisciplinaires et travaille , en 2012 avec le photographe Vincent Paulic sur le projet light-dancing et auprès de groupes de musique pop-electro tels que Yelle et Menthol.
En 2014, il crée la compagnie Arenthan et le spectacle “Transhumans ».

SYLVIE LE QUERE

De formation classique, contemporaine et jazz, Sylvie Le Quéré est danseuse et chorégraphe.
Elle devient interprète pour Jacques Dombrowsky, Reney Deshauteurs et Géraldine Amstrong entre 1992 et 1997. Elle est diplômée d’Etat de professeur de danse en 1993. 
En 1998 elle crée la Compagnie Grégoire & Co et participe à l’un des premiers échanges multimédia en partenariat avec la Médiathèque de Paris. Sa pièce « Grégoire » croise alors des images des travaux de Merce Cunningham sur le net. Cette expérience marquera fortement l’identité de la compagnie (transversalité, relation des corps avec l’environnement, recherche, transformation). Elle collabore régulièrement avec des écrivains, philosophes, chercheurs et est régulièrement invitée en France et à l’étranger, notamment en Italie, Belgique et Suisse pour des spectacles, workshop, master class, jury.

Elle est personne ressource du PNR (Pôle National de Ressources Danse) aujourd’hui PREAC (Pôle de Ressource pour l’Education Artistique et Culturelle). Elle est artiste associée à l’Espace Culturel Bleu Pluriel de Trégueux (Scène de Territoire pour la Danse) de 2009 à 2011 , au Domaine Départemental de la Roche Jagu de 2010 à 2012 et au Petit Echo de la Mode pour la saison 2018 – 2019.
Depuis 2014, elle est directrice artistique d’un espace de création et d’échanges dédié à la danse, LE LIEU à Guingamp.

En 2018 elle est invitée au CNSMDP (Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris) pour une adaptation de Zool pour 3 danseuses.

SIMON QUEVEN

Après une licence d’histoire à l’université de Rennes 2 (2004-2007), Simon Queven réalise un voyage de 5 ans à travers l’Europe, l’Afrique de l’ouest et l’Amérique du sud pour étudier l’art du mouvement et de la danse. Cette formation autodidacte et atypique est nommée École Nomade Autonome (ENA).
En mai 2012, à la suite de l’ENA, il fonde le Théâtre Nomade Autonome (TNA) dans une démarche de créations et d’expérimentations. Pour nourrir cette démarche, de septembre 2015 à juin 2017 il intègre la formation Laban, au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. En parallèle, de décembre 2016 à août 2017, il suit la formation Prototype IV à la Fondation Royaumont, autour du corps dansant virtuose et/ou amateur dans l’écriture chorégraphique.
Mêlant pratiques somatiques, improvisations et danses libres, avec l’analyse et l’écriture du mouvement Laban, son travail chorégraphique interroge notre relation à l’altérité et à l’en-commun, notre place et notre dynamique au sein d’un groupe, d’un ensemble.

LISA MIRAMOND

Lisa Miramond est danseuse, diplômée du CNDC d’Angers en 2013 sous la direction d’Emmanuelle Huynh.

Depuis 2014 elle travaille avec Julie Nioche et l’association AIME en tant qu’interprète dans les pièces Nos Amours et Vague intérieur Vague mais aussi en tant qu’intervenante lors de certains ateliers.
Elle rencontre Renaud Herbin en 2018 autour de la pièce At the Still Point of the turning world et participe aujourd’hui à la création en cours de ce dernier, L’echo des Creux.

KATHLEEN REYNOLDS

Chaque technique d’apprentissage produit des qualités de mouvement distinctes. Kathleen s’est formée à la Danse Classique avec Gabriella Taub-Darvash, au Bharata-Natyam avec Shakuntala, à la Danse Contemporaine aux écoles d’Erick Hawkins et de Merce Cunningham, aux pratiques somatiques de Yoga Abyhyassa , de Katsugen Undo, d’Axis Sylibus avec Baris Mihci, de la Somato-psychopédagogie de Danis Bois et de la Danse – Thérapie avec Benoît Lesage.
Le danseur professionnel nourrit l’investigation du mouvement à travers la création. Kathleen a collaboré avec les chorégraphes Sidonie Rochon, Josef Nadj, Istok Kovic, Rae Chandron, Bernardo Montet, Catherine Diverres, Francesca Latuada, Paco Dechina, Alain Rigot, Germana Civera, avec les metteurs en scène, Laszlo Hudi, Bruno Geslin, Mélanie Leray et Marcial Di Fonzo Bo et avec les fil de féristes Antoine Rogot et Agathe Olivier.
L’autonomie de l’artiste se forge à travers l’expérience de la matière, du dispositif, de la relation à soi et aux autres. Kathleen élabore ses propres créations multiformes, en collaboration avec d’autres créateurs et interprètes depuis 1993.

DAVIDE SPORTELLI

Davide Sportelli est actif comme danseur, acteur, chorégraphe, enseignant de mouvement et d’improvisation, coach chorégraphique et dramaturgique. En tant que performeur il a collaboré entre autre, avec: Sasha Waltz, Sosta Palmizi, Alex Rígola, Caterina Sagna, Ismael Ivo, DOT504, William Forsythe pour “Human Writes”.
Davide a dirigé des performances et des installations chorégraphiques en Italie, République Tchèque, Slovaquie, Corée du Sud et Turquie. Certaines de ses créations ont reçu le soutien de: Summer Studio P.A.R.T.S./ROSAS, Radial System Berlin, Tanec Praha, Scenario Pubblico Compagnia Zappalà Danza.
Davide a partagé sa recherche didactique avec des institutions renommées comme: P.A.R.T.S., Ultima Vez, Sasha Waltz & Guests, SMASH Berlin, Korea National University of the Arts, Duncan Centre Prague, Iceland Dance Company Reykjavik, Chunky Move Melbourne, VSMU Slovakia, Love-IN Toronto, Mimar Sinan University Istanbul, Skånes Dansteater Malmö. Il entretient aussi une pratique d’écriture. Crée diverses projets de formes hétérogènes avec Sabine Rivière.

SABINE RIVIERE

D’origine franco-américaine, Sabine Rivière se forme à la danse contemporaine au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, étudie le théâtre avec la metteur en scène Camilla Saraceni, se forme au shiatsu à l’école Ohashiatsu.
Consacrée à tout ce qui est, dans les arts vivants, rencontre de territoires différents, Sabine aime diversifier sa pratique performative en participant à des projets qui sont caractérisés par des temporalités et des cadres très hétérogènes. Récurrents dans sa recherche sont le texte, la parole, la collaboration avec des musiciens, la composition instantanée.
Elle collabore en tant que danseuse/comédienne avec différents artistes tels que Joanne Leighton, Simon Tanguy, Yasmine Hugonnet, Filipe Lourenço, Sandrine Maisonneuve, Leïla Gaudin, Jerzy Bielski, Sylvie Le Quéré, Louise Hakim, Giulia Arduca. Assiste la chorégraphe Cristiana Morganti pour sa création A fury tale. Collabore sur plusieurs projets à la Villa Médicis à Rome avec le performer- musicien Alvise Sinivia, ils créent ensemble le duo Le son n’a pas de jambes sur lesquelles se tenir. Collabore aussi à la création de projets vidéos avec le danseur-chorégraphe Davide Sportelli. Est également praticienne shiatsu, son cabinet est à Paris.

NANDA SUC

Ecrire son parcours de formation. écrire son parcours professionnel. Pas simple.
La danse, rencontre très jeune, à 5 ans, à peu près. A 11 ans, avec Sylvie Le Quéré de la Cie Grégoire and Co. Elle m’apprend. Elle m’emmène partout pour découvrir LA DANSE.
Voyages. Blessures.
A 21 ans, en 2009, à Toulouse, une année dans l’école de formation professionnelle de danse James Carlès. La danse, d’accord mais pas seulement. Entrer en formation « Vers un acteur pluriel » au Théâtre de l’ActE en 2010. Toujours à Toulouse. Là, découverte du personnage dans le théâtre, la voix. Le « clown ». Rire, faire rire je prends. le son de la voix, la musique je prends.
2011, en Bretagne avec La Cie Grégoire and Co, début dans la création danse. jazz revisité. Danse contemporaine. ET le solo en PAPIERs, ZOOL.
Commencer à transmettre la danse.
2012 Galapiats Cirque. Le cirque contemporain. LA F.R.A.P. Créer en collectif. Apprendre Expérimenter. Commencer à chanter sur scène. Le chant avec Haim Isaacs.
Et aussi la rencontre avec un artiste argentin Federico Robledo. Les prémices d’une démarche artistique. 2012 l’ association Société Protectrice de Petites Idées. Organisation. Administration. COW LOVE le premier spectacle. Tournées.
Danser avec Lucas Condro, bouger, imaginer. Continuer à transmettre la danse, créer avec TOUT PUBLIC.
Rencontrer Aude Martos, artiste. HEAVY MOTORS, deuxième spectacle. Travailler. Fabriquer.
Avoir des rêves. Réaliser.

suscipit id non ut ultricies Nullam leo ipsum id quis Praesent