sidearea-title-img
Title Image

Intervenants formations pro

INTERVENANTS DU PLAN DÉPARTEMENTAL DE FORMATION DANSE DES CÔTES D’ARMOR 2020-2021 (FORMATION PROFESSIONNELLE)

 

EMILIE DHUMERELLE

De formation purement classique à la base, elle obtient en 1995 la médaille d’Or du conservatoire de Saint-Brieuc  en danse classique. Elle se forme ensuite à la danse contemporaine et jazz et s’intéresse particulièrement à l’improvisation et à la création chorégraphique. En 2000 elle obtiendra dans la catégorie solo le premier prix et le prix du public au Tremplin international des jeunes chorégraphes à Thionville.  Puis en 2001 le Premier prix au concours international de chorégraphie de Gland en Suisse à nouveau dans la catégorie solo. Titulaire du DE en danse classique, elle a enseigné pendant 8 ans au conservatoire de Château-Gontier où elle était également coordinatrice du département danse. Tout en poursuivant ses expériences de pédagogue,  elle décide de revenir à la création chorégraphique en créant en Côtes d’Armor la Cie Légendanse qui est aujourd’hui soutenue par la communauté de Communes de Leff Armor, la ville de Plouha et le département des Côtes d’Armor, elle a à son actif 7 créations.

JEAN ALAVI

D’origine persane, il étudie la danse au conservatoire de La Rochelle, premier conservatoire en France à ouvrir une classe de danse contemporaine, avec Karin Waehner en contemporain et Colette Milner en classique.
En 1986, il travaille avec le Centre National Chorégraphique de Toulouse dirigé par Joseph Russillo et Daniel Agésilas et devient principal interprète pour une vingtaine de créations. En 1990, il danse un duo avec Eric Vu An. En 1995, c’est à Paris qu’il continue sa carrière d’interprète, notamment auprès de Gigi Caciuleanu, Blanca Li, Laura Scozzi, Gilles Baron, Dominique Rebaud, Luc Petton, Edouard Lock, Pina Bausch, pour des créations, des performances ou des opéras.
En 1998, il crée sa première pièce Sixâmes, il obtient le premier prix du concours Jeunes Chorégraphes en Normandie. Pièce reprise par le Junior Ballet du Conservatoire de Paris Passionné par l’univers cinématographique et sonore, il allie la danse à l’onirique, l’étrange, l’obsession. L’état de corps engagé, l’écriture chorégraphique et l’imaginaire constituent les points indissociables de son travail où prédomine une fine frontière entre rêve et réalité. Il crée Killing Time, Les Habités et ICI à Paris. Thorin, Rock ovni et VOG à La Rochelle et pour le Conservatoire de Paris. Balburdeos et Marquises aux pieds nus pour le JBA à Bordeaux. RoadMovie pour le junior ballet du Conservatoire.
Professeur diplômé d’Etat, il intervient sous forme de stages, cours, ateliers, chorégraphies dans plusieurs écoles, conservatoires nationaux, The Place à Londres, L’école de Danse de l’Opéra, le CNDC d’Angers, en Suisse, en Égypte et en Italie. Depuis 2007, il est professeur de danse contemporaine au Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP).

FRANCK GUIBLIN

Franck Guiblin est un infatigable curieux, ce qui le pousse sans cesse à explorer, à se redéfinir à chaque fois..De sa passion originelle pour les arts martiaux, Franck hérite le goût de la persévérance et du plaisir du mouvement.
De la danse hip hop à la danse contemporaine, il se forme en 2005, à l’écriture chorégraphique et au processus de création auprès de Sébastien Le Francois (Cie Traffic de Style) et de Mic Guillaume.
Trois ans plus tard, il présente son premier spectacle, “Laisse Tomber, c’est pas d’ la danse”.
En 2010, il intègre La compagnie “Tango-Sumo” en tant que danseur -interprète, et explore la danse dans l’espace public.
Désormais auteur et interprète, il multiplie les collaborations transdisciplinaires et travaille , en 2012 avec le photographe Vincent Paulic sur le projet light-dancing et auprès de groupes de musique pop-electro tels que Yelle et Menthol.
En 2014, il crée la compagnie Arenthan et le spectacle “Transhumans ».

SYLVIE LE QUERE

De formation classique, contemporaine et jazz, Sylvie Le Quéré est danseuse et chorégraphe.
Elle devient interprète pour Jacques Dombrowsky, Reney Deshauteurs et Géraldine Amstrong entre 1992 et 1997. Elle est diplômée d’Etat de professeur de danse en 1993. 
En 1998 elle crée la Compagnie Grégoire & Co et participe à l’un des premiers échanges multimédia en partenariat avec la Médiathèque de Paris. Sa pièce « Grégoire » croise alors des images des travaux de Merce Cunningham sur le net. Cette expérience marquera fortement l’identité de la compagnie (transversalité, relation des corps avec l’environnement, recherche, transformation). Elle collabore régulièrement avec des écrivains, philosophes, chercheurs et est régulièrement invitée en France et à l’étranger, notamment en Italie, Belgique et Suisse pour des spectacles, workshop, master class, jury.

Elle est personne ressource du PNR (Pôle National de Ressources Danse) aujourd’hui PREAC (Pôle de Ressource pour l’Education Artistique et Culturelle). Elle est artiste associée à l’Espace Culturel Bleu Pluriel de Trégueux (Scène de Territoire pour la Danse) de 2009 à 2011 , au Domaine Départemental de la Roche Jagu de 2010 à 2012 et au Petit Echo de la Mode pour la saison 2018 – 2019.
Depuis 2014, elle est directrice artistique d’un espace de création et d’échanges dédié à la danse, LE LIEU à Guingamp.

En 2018 elle est invitée au CNSMDP (Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris) pour une adaptation de Zool pour 3 danseuses.

SIMON QUEVEN

Après une licence d’histoire à l’université de Rennes 2 (2004-2007), Simon Queven réalise un voyage de 5 ans à travers l’Europe, l’Afrique de l’ouest et l’Amérique du sud pour étudier l’art du mouvement et de la danse. Cette formation autodidacte et atypique est nommée École Nomade Autonome (ENA).
En mai 2012, à la suite de l’ENA, il fonde le Théâtre Nomade Autonome (TNA) dans une démarche de créations et d’expérimentations. Pour nourrir cette démarche, de septembre 2015 à juin 2017 il intègre la formation Laban, au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. En parallèle, de décembre 2016 à août 2017, il suit la formation Prototype IV à la Fondation Royaumont, autour du corps dansant virtuose et/ou amateur dans l’écriture chorégraphique.
Mêlant pratiques somatiques, improvisations et danses libres, avec l’analyse et l’écriture du mouvement Laban, son travail chorégraphique interroge notre relation à l’altérité et à l’en-commun, notre place et notre dynamique au sein d’un groupe, d’un ensemble.

KATHLEEN REYNOLDS

Chaque technique d’apprentissage produit des qualités de mouvement distinctes. Kathleen s’est formée à la Danse Classique avec Gabriella Taub-Darvash, au Bharata-Natyam avec Shakuntala, à la Danse Contemporaine aux écoles d’Erick Hawkins et de Merce Cunningham, aux pratiques somatiques de Yoga Abyhyassa , de Katsugen Undo, d’Axis Sylibus avec Baris Mihci, de la Somato-psychopédagogie de Danis Bois et de la Danse – Thérapie avec Benoît Lesage.
Le danseur professionnel nourrit l’investigation du mouvement à travers la création. Kathleen a collaboré avec les chorégraphes Sidonie Rochon, Josef Nadj, Istok Kovic, Rae Chandron, Bernardo Montet, Catherine Diverres, Francesca Latuada, Paco Dechina, Alain Rigot, Germana Civera, avec les metteurs en scène, Laszlo Hudi, Bruno Geslin, Mélanie Leray et Marcial Di Fonzo Bo et avec les fil de féristes Antoine Rogot et Agathe Olivier.
L’autonomie de l’artiste se forge à travers l’expérience de la matière, du dispositif, de la relation à soi et aux autres. Kathleen élabore ses propres créations multiformes, en collaboration avec d’autres créateurs et interprètes depuis 1993.

JULIE SICARD

Julie SICARD est danseuse, chorégraphe, professeure. Après l’obtention de sa licence de Lettres Modernes, elle décide de se consacrer pleinement à la danse et part vers le monde artistique.

Durant sa formation à Choréia, école de formation professionnelle, elle rencontre Patrice Valero, chorégraphe jazz de renom. Il deviendra son partenaire de scène et son chorégraphe pendant 13 ans : Sueno De Verano, Fugit Amor, Blue Wanda, Fantaisy Barock naîtront sous la compagnie In Vivo ; répertoire qu’elle danse et qu’elle assiste chorégraphiquement.

Elle fait, en parallèle, la connaissance de Yano Iatrides, chorégraphe contemporaine avec qui, elle danse au festival de Suresnes Cités Danse (théâtre de Suresnes), au festival de la Villette dans la pièce Baccarat.

Jacques Dombrowski, chorégraphe classique, la mettra en scène, soliste sur plusieurs créations opéra dont Carmina Burana jouée à la cité des Congrès de Nantes, Le Petit Ramoneur ou encore L’Arche de Noé sous la direction de Pierre Michel Durand, chef d’orchestre.

Passionnée par la recherche du mouvement, elle crée sa compagnie et privilégie une danse instinctive et fédératrice. Sa première commande chorégraphique sera une collaboration musicale avec Henry Fourès, directeur du CNSMD de Lyon, sur une de ses créations originales D’un sens l’autre… musique de chambre, musique expérimentale.

Elle est diplômée d’État en jazz, titulaire jazz au conservatoire de Suresnes, formatrice jazz au sein du DNSPD et de l’école de formation professionnelle Choréia.
Présidente, jurée EAT et de l’examen pédagogique, elle partage ses expériences en allant à la rencontre des danseurs, professeurs, chorégraphes, musiciens, comédiens, chanteurs… par le biais de cours, stages internationaux, worshops, créations.

VIRGINIE ROUSSELIERE-NICOLAS

Elle entre à 11 ans à l’école de danse de l’Opéra national de Paris. Engagée dans le corps de ballet à 16 ans sous la direction de Rudolf Noureev, elle est promue Choryphée, puis Sujet. Elle participe aux tournées nationales et internationales avec Patrick Dupont et Charles Judes en 1994 et 1995. Elle danse comme soliste jusqu’en 2005, dans les grands ballets classiques, et pour des créations contemporaines avec Georges Balanchine, Jérôme Robbins, William Forsythe, John Neumeier…

En 1996, elle obtient le Diplôme d’état de professeur de danse. Elle enseigne de 2005 à 2012 aux conservatoires de Stains (93) et de Fontenay-sous-Bois (94), où elle est également Conseillère aux études chorégraphiques. Elle crée en 2014 l’association Studio équilibre, à Lanvallay, à côté de Dinan, pour transmettre son expérience de danseuse classique au sein de l’Opéra de Paris.

THIERRY MICOUIN

Après avoir obtenu une thèse de docteur en médecine, Thierry Micouin se forme au théâtre puis à la danse.
Depuis 2002 il collabore avec Catherine Diverrès en tant qu’interprète et vidéaste.
Parallèlement à son activité de danseur, Thierry Micouin développe un travail de création et de recherche sur l’image et la vidéo.

En 2006, il créé et interprète un premier solo, W.H.O. Mêlant danse, vidéo et restitution de récits de vie, il y aborde la question de l’identité sexuelle et de la réalité d’un monde contemporain traversé par la violence des stéréotypes de genre.
En 2009 sa rencontre avec Boris Charmatz marque un nouveau pas dans son parcours artistique. Il conçoit Le Petit musée de la danse, présenté dans le cadre de l’exposition Brouillon et est interprète dans deux de ses pièces, Levée des conflits et Enfant et assistant sur sa pièce, Manger.

En 2012, il est interprète dans Tragédie, pièce pour 18 danseurs d’Olivier Dubois et participe à l’exposition de Xavier Leroy, Rétrospective, présentée au Musée de la Danse dans le cadre du Festival Mettre en scène à Rennes.
En 2014, il créé Double Jack, en collaboration avec la plasticienne Pauline Boyer. Ce projet aborde le thème de la masculinité. Il est conçu pour deux interprètes et une installation interactive de cinq guitares électriques.

La pièce Synapse pour trois danseurs et une installation visuelle et sonore d’arcs électriques (créée en 2015 au Festival Mettre en Scène – Rennes) a été également réalisée en collaboration avec Pauline Boyer.
Thierry Micouin est artiste en compagnonnage au Manège de Reims pour les saisons 2016-2018. Il y a présenté Backline, sa nouvelle création en novembre 2017. Il démarre une nouvelle collaboration avec le conservatoire de Gennevilliers sur la saison 2019 en tant qu’artiste en résidence.

Après la création en 2017 de Backline au Manège, scène nationale de Reims, il mène deux nouveaux projets, Tal Coat, projet lauréat du Département 56 suite à l »appel à projet « Corps et Espaces Sensibles », et Eighteen un duo avec sa fille Ilana âgée de 19 ans.

porta. adipiscing elementum risus velit, in vel, libero id