sidearea-title-img

ZOOL EST UN PERSONNAGE UNIVERSEL QUI NOUS PARLE DES HOMMES, DE L’HUMANITÉ. AU TRAVERS DES MASQUES ET DE L’ASPECT POLYMORPHE DE ZOOL C’EST NOTRE PROPRE IDENTITÉ QUI EST QUESTIONNÉE. LE DÉPLOIEMENT DU PERSONNAGE DÉVOILE PROGRESSIVEMENT CE QUI LE CONSTITUE NATURELLEMENT, LE DEDANS DEVIENT LE DEHORS, IL ÉVOLUE DANS UN PAYSAGE EN RELIEF QU’IL CRÉE TOUT AU LONG DE CE SPECTACLE. ZOOL EST UNE BALADE DANS UN MONDE INFINI, EN SOI, DANS L’IMAGINAIRE.

PIÈCE CHORÉGRAPHIQUE TOUT PUBLIC DE 50 MIN
PERFORMANCES TOUT PUBLIC AUTOUR DE 20 MIN

Zool est une créature étrange, un être poétique et fantasmagorique.

Tour à tour minérales, primitifs, animales et modernes, ses jeux de métamorphoses révèlent un être en perpétuelle re-construction. Etre de chair et de papier, Zool convoque toutes les mythologies sans faire clairement référence à une seule. Doit-on prendre Zool au sérieux ? Sans doute pas. Sans doute un peu. Sorte de genèse aux atours drolatiques, Zool nous invite à découvrir des tentatives d’accomplissement et de faux rites de passages issus de notre société moderne.

Zool / portrait aux multiples facettes

Multiplicité, accumulations manufacturées, ready-made amplifié. C’est Zool qui s’exerce à une bioplastique danse, où s’assemblent, se désassemblent et se ré-assemblent les éléments d’un puzzle biomécanique. L’espace clos investit par la danse devient le lieu de l’interrogation, de la fascination, de la curiosité. Zool se prolonge au delà de lui même. Son architecture devient environnement, paysage. L’aspect polymorphe et hybride de Zool fait de lui un objet plastique intéressant à explorer dans différentes directions. A ce titre, la Compagnie a conçu plusieurs formes de présentations publiques (spectacle, installations, performances) qui peuvent évoluer dans une multitude d’espaces. Ainsi Zool n’a pas une histoire mais des histoires…

« Zool a la peau qui gratte, zool a la peau qui pèse, il a les ailes qui poussent, zool a la mort dans l’âme, qui mue. Zool a la peau qui tombe. C’est l’automne de la vie. Zool chic dans l’après, emporté par l’avant. La jambe l’enjambe, l’enchante, l’enjambement du monde, tiens, écoute, regarde, quelque chose a bougédans l’obscurité. »

Sylvie Le Quéré

DISTRIBUTION

Direction artistique, chorégraphie : Sylvie Le Quéré
Interprète : Nanda Suc
Création musicale : Didier Léglise
Création lumière : Morice Srocynski
Costumes : Sylvie Le Quéré, Cécile Pelletier
Production : Marie Thirault
Regards extérieurs : Jean-Marc Colet, Denis Lecat

COPRODUCTION

— Centre culturel de la Ville Robert et la ville de Pordic
— Théâtre du Champ au Roy et la ville de Guingamp
— Itinéraires Bis (Saint-Brieuc)

SOUTIENS

— Conseil Départemental des Côtes d’Armor
— Conseil Régional de Bretagne
— Agglomération de Saint-Brieuc
— La Passerelle, scène nationale de Saint-Brieuc

velit, sit tristique consectetur dapibus quis accumsan