sidearea-title-img

TAKA EST UN SPECTACLE JEUNE PUBLIC QUI MET EN SCÈNE LES JEUX DES ENFANTS, LEURS CONSTRUCTIONS FRAGILES ET ÉPHÉMÈRES. IMAGINER DES CHOSES À PARTIR DE CE QUE L’ON A CONSTRUIT, VOILÀ CE QUE FAIT TAKA TOUT AU LONG DE SON VOYAGE. IL S’APPROPRIE LE RÉEL, IL IMITE LE MONDE, IL LE RECRÉE À SA FAÇON, À SON ÉCHELLE.

CRÉATION JEUNE ET TOUT PUBLIC DURÉE 1 H

Un peu à l’image du Petit Prince de Saint-Exupéry, Taka nous entraîne sur les chemins de notre imaginaire et de la connaissance de soi. Un passionnant voyage entre le monde intérieur et extérieur.

Taka construit et déconstruit… Il s’approprie le réel pour créer un monde : le sien, dont il devient voyageur, maître du temps et des éléments. De statuts de sables, en dunes… Taka vit une aventure sensorielle et émotionnelle extraordinaire. Il invente, il construit, il fabrique, il crée et parfois se perd dans son univers. Attisé par la curiosité, il fera des rencontres… inquiétude, joie, solitude seront au rendez de sa pérégrination.

ENTRE RÉEL ET IMAGINAIRE : pour créer Taka, cet enfant joué par un adulte, Sylvie Le Quéré est allée à la rencontre des enfants, de leurs univers, de leurs jeux…

Le jeu est une occasion de mise à distance, qui permet à l’enfant de prendre du recul par rapport à ses peurs, par exemple, en les personnifiant. L’enfant extériorise ses émotions en fabriquant un objet qui les représente. Il lui arrive aussi d’être débordé par ses émotions, d’oublier la fonction réelle de l’objet, de l’absorber dans son imaginaire. Tout l’enjeu est qu’il arrive à gérer cette articulation entre réel et imaginaire…
Le jeu de construction est aussi une occasion de s’affirmer en tant qu’individu : l’imaginaire, les pensées, sont ce qu’on a de plus personnel, intérieur, ce qu’on n’est pas obligé de partager. Le jeu qui fait appel à l’imaginaire est alors un espace de développement de la connaissance de soi.

« Un spectacle de danse espiègle et drôle. Quatre danseurs actionnent les cordes émotionnelles de la peur, de la joie ou de la surprise, sans omettre de titiller la curiosité. Les temps rapides où les corps se cherchent, se repoussent et s’emmêlent alternent avec des moments centrés sur un personnage, propices à l’interrogation. »

Ouest France

« Une histoire remplie de poésie et drôle qui a conquis les p’tits loups et les plus grands. »

Ouest France

« Les yeux des enfants pétillent encore : ils sont restés plus qu’éveillés durant tout le spectacle, riant parfois à des images particulières à l’enfance, oubliées des adultes depuis longtemps. »

Ficelle

DISTRIBUTION

Direction artistique, chorégraphie : Sylvie Le Quéré
Interprètes : Sabine Rivière, Flore Khoury, Sylvain Hemeryck, Fyrial Rousselbin
Musique : Hugues de Courson,extraits de l’albumMozart l’égyptien
Création sonore : Didier Léglise
Scénographie : Gaëlle Bouilly
Lumière : Milos Torbica
Reprise lumière : Faustine Deville
Costumes : Atelier Ficelle

COPRODUCTION

— Théâtre du champ au roy et la ville de guingamp
— Mil Tamm et Pays de Pontivy
— Bleu Pluriel et la ville de Trégueux
— Théâtre Juliette Drouet et Fougères Communauté

SOUTIENS

— Conseil Départemental des Côtes d’Armor
— Conseil Régional de Bretagne
— Ministère de la Culture et de la communication 
(dans le cadre des résidences d’artistes en milieu scolaire)
— Agglomération de Saint-Brieuc
— Itinéraires bis
— le Lieu

amet, venenatis, Praesent consequat. Lorem commodo ut dolor Phasellus